Blog

Naissance d’une «marque»

Yesmoke était une boutique en ligne de cigarettes qui voulait ouvrir un nouveau canal de distribution, libre et légitime. La «guerre» avec Philip Morris l'amènera dans les journaux du monde entier, faisant monter ses ventes à plus de 6 millions de cartouches par an. Elle en fera également le leader mondial «non autorisé» de la vente en ligne de Marlboro…

Yesmoke était une boutique en ligne de cigarettes qui voulait ouvrir un nouveau canal de distribution, libre et légitime. La «guerre» avec Philip Morris l’amènera dans les journaux du monde entier, faisant monter ses ventes à plus de 6 millions de cartouches par an. Elle en fera également le leader mondial «non autorisé» de la vente en ligne de Marlboro…

Fresques murales dans l'usine Yesmoke de Settimo Torinese (Italie)

Fresques murales dans l'usine Yesmoke de Settimo Torinese (Italie)

Yesmoke voit le jour le 1er janvier 2000, à Balerna, dans les Alpes suisses. Ses combats constitueront l’histoire et l’identité d’une nouvelle cigarette «Anti Big Tobacco».

La boutique en ligne sera contrainte de se rendre le 16 novembre 2004, quand 200 agents, au cours d’une descente «Hollywoodienne» à l’aéroport J.F. Kennedy de New York, encercleront le Boeing 767 qui transporte les colis de la poste suisse et confisqueront 150.000 cartouches de cigarettes, parmi lesquelles toutes les «Yesmoke». «On n’avait jamais vu une descente pareille», écriront les journalistes.

Quelques jours auparavant, le 12 novembre, Yesmoke avait ouvert les hostilités en lançant la production des cigarettes «Yesmoke made in Switzerland». Le 13 Novembre, lors de leurs débuts sur la toile, les fidèles clients américains ont commandé plus de «Yesmoke» que de Marlboro. Mais après 30 millions de cartouches de cigarettes de Big Tobacco, le système s’est bloqué à la première «Yesmoke»…

Philip Morris continuera sa «guerre», en prenant possession de la marque «Yesmoke» aux USA et en cherchant à en empêcher l’enregistrement dans le monde entier. Mais tout cela sera inutile.

Après la descente de New York, Yesmoke a quitté la Suisse pour l’Italie, où elle a construit une usine de référence, identique à celles des multinationales et où elle continue à produire des «Yesmoke», cigarettes «Anti Big Tobacco».

Plus d’infos

Connectez avec nous

Communiquez avec nous et suivez nos mises à jour sur votre réseau social préféré.